Pages

17/11/2017

La Mémoire, un vecteur de l’histoire au service de la micro-économie


Stèle Normandie-Niémen
Quartier Jean Tuslane - Toussus-le-Noble
Simulation
Le label Village et villes fleuries s'engage aujourd'hui sur des enjeux tels que l'amélioration du cadre de vie, le développement de l'économie locale, l'attractivité touristique, le respect de l'environnement, la préservation du lien social et surtout la place du végétal dans l'aménagement des espaces publics.

Un label que nous souhaitons à notre commune et pour lequel pourrions nous  y ajouter : la valorisation de la circulation douce dans la promotion d’une activité touristique thématique ?

Au passage sur la petite route qui mène par la piste cyclable à l’entrée ouest de l’aéroport de Toussus, se trouve une impasse où la porte du Quartier Jean Tulasne (1946) juxtapose l’ancienne porte du parc de Versailles : 1659 – 1914, dans un état délaissé.

Si ces deux portes mériteraient d’être réhabilitées,  notre priorité dans le cadre d'Aériastory serait à celle  « Quartier Jean Tulasne ».

« Jean Tulasne : Mort au combat, pour la France. Premier commandant de Normandie-Niemen. Il a pris le commandement de l’escadrille le 22 février 1943, une année au cours de laquelle le groupe se distingue avec 72 victoires. Mais le 17 juillet, il sort à la tête de neuf "Yak" pour escorter des "Stormovik" dans le secteur de Znamenskaïa. Les "Fw 190" sont là aussi, nombreux. Un combat général s'engage. Le lieutenant Béguin est blessé à la jambe, l'aspirant Vermeil est abattu et Tulasne disparaît à jamais.
Officier de la Légion d'Honneur, Compagnon de la Libération, Croix de Guerre 1939-1945 avec palmes, Médaille Coloniale F.F.L. avec agrafe "Libye", Médaille du Levant, sept citations, Ordre de la Guerre pour le Salut de la Patrie (U.R.S.S.), Jean Tulasne reçoit à titre posthume, en 1948, la Grande Médaille d'Or de l'Aéro-club de France.
Une vingtaine d'année après la guerre, sur les indications d'une paysanne, on retrouve un corps de pilote français qui fut inhumé au cimetière Vedenskoje à Moscou, sous la dalle du "pilote français inconnu". Ce pilote inconnu, Il s'agit du commandant Jean Tulasne.
Sa famille a accepté qu'il demeure le "pilote inconnu du Normandie-Niémen" en terre russe. 
»
Le Régiment de Chasse Normandie Niemen, une fois la guerre terminée et dans ses périodes de transition, fut basé à Toussus le Noble pour une période de 14 mois (1946-1947). Ils occupèrent le chateau Landolff qui  fut ensuite remis à la Marine qui y établi sa base aéronautique navale (BAN) de 1947 à 2011. (D'où notre souhait d'une stèle, mais ça c'est une autre histroire à laquelle nous reviendrons ...)
Ce fut donc pour le Normandie-Niémen une « vie de château » narrée par le colonel Robert Delin dans l’article du GHTN (bulletin 5 année 2000)

Depuis, le souvenir du Normandie Niemen  à Toussus s’est assoupi, dans une urbanisation à tout va, sur une commune aux autres priorités...
C'est l’organisation du Centenaire de l’aéroport de Toussus en 2007 et les 60 ans de présence de l’Aéronautique Navale à Toussus qui remettent en mémoire le passage de ce prestigieux Régiment de Chasse au travers d'une exposition présentée par le Mémorial Normandie-Niémen.

Que reste-t-il  du passage à Toussus de ce Régiment de Chasse toujours opérationnel sur Rafale à la base de Mont de Marsan qui célébre ses 75 ans d'existence ?
Rien… à part un grillage dans une impasse oubliée, qui mentionne le nom «  Quartier Jean Tulasne » que les compagnons du commandant voulaient honorer.

Notre souhait au travers d'Aériastory était de remonter à Rayak lieu de la genèse du Normandie et d’organiser avec le Mémorial, l’armée de l’air et tous les partenaires qui souhaiteraient se joindre à nous, les 70 ans du passage du Régiment de Chasse à Toussus.
Célébration que nous avons fixé pour le 27 et 28 avril 2018
Avec le financement récolté, une fois la célébration terminée, aménager l'espace pour réhabiliter la porte de ce quartier.

Notre souhait : Un écusson du Normandie Niémen qui serait illuminé par une petite éolienne en forme d’hélice aux couleurs françaises des yak 3, qui auto alimenterait aussi deux flambeaux, le tout sur un parterre fleuri.

crédit photo J.B. Barsamian 
La réhabilitation de cette porte serait une étape dans le circuit « Histoire de l’aviation » de circulations douces vélos qui serpentent le plateau.

Un circuit  et une balade culturelle thèmatique autour de l’histoire de l’aviation en allant de l’aéroparc Blériot à Buc jusqu’au micro-musée Pégoud du domaine de la Geneste à Chateaufort que nous avons eu l’occasion mettre en avant lors du Centenaire de Toussus et le Centenaire du saut de Pégoud en 2007 et 2012. 

Un parcours sur une piste cyclable d’environ 15 kms.
BUC : 4.5 kms  9 stations
Toussus : 5.6 kms 9 stations
Chateaufort :5 kms 6 stations

Ce tracé qui ferait la promotion historique et touristique de notre plateau, une étape fleurie, des stations et des panneaux d’informations pour graver la Mémoire de l’aviation sur le chemin de la veloscénie. La commune de Buc ayant ouvert le chemin avec la restauration de la porte du Parc Blériot, la statue Casal, le Mirage de Buc et à Chateaufort par l'inauguration du micro-musée Pégoud au domaine privé de la Geneste et du square Pégoud.

Dossier remis en octobre à nos élus communaux - ficher pdf (lien)  bien avant que le programme ne s'étoffe et que nous communiquerons sous peu dans notre dossier de presse.




14/11/2017

l’aéroport de Toussus, berceau mythique de l'aviation et plateforme expérimentale de l'avion électrique

L’avion du futur sera-t-il électrique ?

Sa plateforme d’expérimentation sera-t-elle celle de l’aéroport mythique de Toussus-le-Noble ?

Quand nous en sommes à nous poser de telles questions, c’est que les nuages qui s’amoncelaient au-dessus de cette plateforme se dissipent et enfin revenir à de l'objectivité  sur ce terrain, développée lors de la préparation du Centenaire de l’aéroport en 2007.   (Liens articles).

Même sur un terrain fertile, berceau de l'aviation, la graine du Centenaire a quand même mis dix ans pour porter des fruits ; celle de convaincre organismes, administrations et élus de l'utilité de maintenir et développer la présence de cet aéroport qui aurait pu subir le même sort que les sept autres sur le plateau.
Huit aérodromes sur un plateau, le patrimoine aéronautique autour de Toussus le Noble, de G Beisson et C Guétienne.

Une plateforme mythique qui devient un champ d'expérimentations tourné vers l'avenir ; quelle reconnaissance et quelle cure de jouvence !

Dix ans plus tard et dans la lignée du concept d'Aériapole, une pierre angulaire vient s’y ajouter avec la nomination d’une personne chargée par les trois grands organismes de l'aéronautique et travaillant en étroite collaboration avec les associations de riverains afin d’établir les transformations que cet aéroport se verra d’accueillir.
Toussus-le-Noble ayant la particularité d'héberger nombre d'aéro-clubs et de sociétés d’aviation d’affaires.

Cette expérimentation qui se tournera vers de nouvelles transitions énergétiques, entame ses premiers pas par la désignation d'une personne qui connait bien le terrain.

Son rôle sera d’identifier des solutions innovantes pour développer de nouveaux services aux clients et partenaires au sein d’un nouveau projet de mobilité électrique aéronautique, sur le terrain de Toussus-le-Noble.

Si le thème de la mobilité électrique est souvent lié a un déplacement routier, ADP, la DGAC et la FFA innovent et ouvrent l’opportunité  à un autre mode de transport qu'est l’avion électrique.
Le terrain choisi sera l’aéroport de Toussus-le-Noble.  

Un challenge aux multiples questionnements qui méritaient d’être posés et expérimentés.
C’est donc une première, autour d'un travail  conjoint et innovant de trois grands acteurs dans l'aéronautique qu'il faudrait mettre en relief. 

Avec la collaborations des aéroclubs sur le terrain, la concrétisation de cette expérimentation apportera des réponses à des situations encore inhabituelles et auxquelles les partenaires seront confrontés ; des réponses à la recherche d'une bonne cohabitation entre usagers et riverains d'aeroports de mêmes profils.

Toussus-le-Noble « berceau de l’aviation » sera cette fois-ci  « berceau d’une nouvelle aéronautique ».

Toutefois, à notre avis, persistera toujours un problème majeur sur ce terrain, celui de l’attractivité du lieu, les énergies nouvelles et les lieux d’accueil sur cette plateforme.
Un fruit qui ne semble toujours pas parvenu à maturité (ou à la volonté des décideurs).

Cette personne, chargée de mission aurait, pour un temps donné, son bureau à la Médiathèque de Toussus-le-Noble. Qu'en est-il des lieux d’accueil sur la plateforme ?
Un sujet que nous avions traité au travers de nos divers articles lors de l'aéro-saclay 2017, dont :
http://aeriapole.blogspot.fr/2017/05/regards-daeriapole-quand-lisba.html
http://aeriapole.blogspot.fr/2017/06/regards-daeriapole-hotelerie-et.html  ;  les liens qui y sont associés  et  le dossier complet à télécharger.  (pdf)  remis  en son temps à la direction d'ADP.