Pages

01/06/2017

Regards d’Aériapole dans l'Aero Saclay 2017 : Hôtellerie et restaurations sur l’aéroport du futur

Une plateforme aéroportuaire a-t-elle pour objet de recevoir public et passagers et dans quelles conditions ?
Si c'est "OUI", alors, un regard par le bout de la lorgnette pour cette 3ème partie.
Quels services sont-ils proposés, aujourd’hui, sur l’aéroport de Toussus et quelles projections à ce secteur, pour un aéroport du futur ?

L’historique de la restauration et de l’hôtellerie sur la commune de Toussus-le-Noble est éloquent. Le Groupe Historique de la commune en a sorti plusieurs articles. 

Nous l’évoquions aussi, dans nos articles de février 2017 : Un bouchon dans la restauration de Toussus-le-Noble  et en mars Aéro-Saclay, événementiels, hotel et hospitalité

Plongeon dans un imbrogilio.
Un  bref moment d’humeur pour évoquer la situation actuelle d'une  « hospitalité ratée » sur ce terrain mythique quand depuis les années 1970 élus et administrateurs favorisent la quadrature du cercle dans une formule perdants/perdants.

Ce que nous constatons :
Le seul restaurant officiel situé au pied de la tour de contrôle qui change régulièrement de gérance, n’ouvre actuellement que le midi en jours ouvrés. Il est fermé durant les w.e. et jours fériés, sauf sur demande.

L’autre lieu possible de restauration sur le terrain : Le club-house de l’ATCF.
Sauf que, il lui est interdit de se faire de la publicité et depuis un an, de recevoir du public hors membres de l’aéroclub depuis que le restaurant officiel est en service, même si ce restaurant est fermé.

Pour les visiteurs de passage : le desert des tartares.

La direction de l’aéroclub ATCF a qui appartient le Club house est sur le domaine d'ADP.
Réticente par souci de ne pas déplaire aux administrateurs de l’aéroport, elle freinerait l’activité de son club house. Un lieu de reception qui a rendu d'immenses services à la plateforme et à la commune et qui ne demande qu’à travailler avec sa clientèle fidèle et nombreuse dont l'accès n'est plus autorisé récemment qu'aux membres de cet aéroclub. 

Une situation ubuesque, une complication administrative  pour une frustration et un mécontentement général. Ambiance ambiance....

Vers où donc diriger les personnes de passage sur cet aéroport?
Les usagers de l'aéroport et leurs invités n'ont ils pas le libre choix de leur lieu de restauration et de leur détente ?
A qui donc profite de ce monopole imposé ?
Quels services hôteliers pour cet aéroport sensé devenir la vitrine d’un aéroport du futur ?
Quelles visions de services pour promouvoir activités et dynamisme ?
Quels attraits aux passagers et aux entreprises pour venir sur ce terrain difficile d'accès ?

Le bon rendement est il possible sans labours même sur une terre fertile?

" L'avenir est une porte, le passé en est la clé" cette citation dans notre dossier sur le Regard d'Aériapole qui reprend son sens. 
L'activité du plateau était dynamique  et florissante au début du XXeme S. Le nombre de "cabarets et hotel" étaient en nombre pour  offrir gîtes et couverts aux arrivants venus travailler dans ce secteur aéronautique naissant.

En 2017, comment donc booster l'activé et quels atouts pour attirer une clientèle ?

La notoriété, même mythique, de ce lieu ne suffit plus si l’infrastructure n'y répond pas au choix d'une clientèle que l’on souhaiterait avoir.

Et si donc après l’ISBA et dans les regards d'Aeriapole et l'Aéro-Saclay millesime 2017, l’Aviatic Hotel tel un phoenix, renaissait de ses cendres ?



Un hôtel aux tendances « up to date »  qui façonnent l’hôtellerie de luxe dans un lieu mythique Berceau de l’aviation. Un hôtel « authentique » à l’ancrage local sous un label de qualité.

Mise à jour du 22/6/2017 : (dossier complet en pdf, version imprimable - cliquez ici ) Regards d'aériapole dans l'Aéro-Saclay an III 2017 

Liens sur les articles précédents du même sujet :