Pages

17/05/2017

Regards d'Aériapole - Si l'ISBA renaissait de ses cendres


Un projet "haut de gamme" pour une nouvelle vision de partage d'un aéroport de province où aviation, économie, communes et riverains cohabitent autour de son activité, de l'Histoire, de la culture et de l’événementiel. "Un aéroport pour tous, pas une enclave"



La notoriété du Centenaire de l’aéroport de Toussus en 2007 a boosté cet aérodrome mythique. Un aéroport, dans une région Berceau de l’aviation qui perdait ses repères et était menacé de fermeture sur des terres en forte urbanisation, .

Les ouvrages rédigés : « d’Azur et d’Or » du Groupe Historique,  par Mme G Sandras et « huit aérodromes sur un Plateau » de C. Guétienne et G. Beisson, avec le soutien de M Pierre Lauroua responsable Mission Mémoire de l'Aviation Civile de la DGAC, tous membres de la commission Patrimoine et Histoire du CCAT ont permis d’ancrer cet aéroport dans la mémoire collective. Des traces d’une histoire de cent ans, pour se souvenir à jamais de celle d’un « Centenaire », à une nouvelle population venue de tous azimuts, s'établir dans la région.

En 2007, Mme Valérie Pecresse, à l’époque, députée et Ministre de l’Enseignement Supérieur et de la Recherche,  M Etienne Pinte, ancien Député-Maire de Versailles et Président de la Communauté de VGP et leurs équipes nous ont accordé leur confiance pour un tel événement. Deux personnalités notoires qui ont cru au potentiel de cette Célébration.
Un effet de levier dans le principe anthropique de nos actions tel que l'intégration de Toussus-Le-Noble dans les étapes du 100/24 et l’arrivée du E Fan en 2015 étaient  l’occasion à la ministre de l’environnement, Mme Ségolène Royal et les élus, de communiquer au grand public, la vision d’une plate forme  à la pointe de la technologie et de consolider la voie d’un aéroport du futur qui serait le modèle des aéroports de province.  Une vision pour cet aéroport que nous avions commentée et développée avec nos partenaires depuis 2007.
Un souffle et une expérimentation pour des petits aéroports régionaux, à une aviation civile en recherche d’un équilibre pour une cohabitation sereine dans des communes en forte urbanisation. Les promoteurs en recherche de terrains à bas prix autour d’un aéroport auraient parié sa fermeture ; comme ce fut le cas des sept autres aérodromes du plateau.

2017,  l'organisation de la journée de l’industrie à Toussus et  la constitution de l’association AéroSaclay en  décembre 2016, autour de ses partenaires ont démontré les limites des structures actuelles de cet aéroport pour de tels événementiels.
Des investissements conséquents sont nécessaires pour lui donner les capacités de réussir.

En fonction de l'expérience acquise sur le terrain, nous profitons du challenge d'Aéro-Saclay pour proposer hors concours, sans être soumis à leurs règlements, quelques projets.
Le challenge Aero Saclay, ne s'adressant qu'aux étudiants dans le cadre de leur cursus universitaires.
Pourquoi ce choix ? En complément à ce challenge universitaire, l'avis et le concours des usagers de la plate forme auraient été bénéfiques. L'opinion de leurs vécus sur le terrain aurait été enrichissante.
Leur absence lors de la journée du patrimoine a valu des interrogations ?

Projet I :
Des articles d’Aériapole relatent les souvenirs de notre ami, Jacques Pageix, ancien commandant de l’aéroport de Toussus de 1982 à 1997, dont l’historique  de l'installation de l’ISBA à Toussus, auquel notre projet se réfère.
Ainsi si l’ISBA renaissait de ses cendres pour former, dans notre air du temps, un cœur et un salon de de réceptions à cet aéroport mythique, la dynamique manquante y reviendrait dans un mouvement anthropique auquel nous croyons.  Activités qui seraient bénéfiques aussi, à Toussus, les communes environnantes et VGP.

C’est toutefois en fonction du choix et du montant de l’investissement que se mesurerait la qualité et le niveau des activités qui y seront générées. La demande pour plus de luxe devenant exponentielle.

C'est donc vers un choix haut de gamme que nous préconisons notre projet, avec, en objectif  une limitation des flux sur un plateau aux voies de communications saturées.

Un projet Zéro nuisances qui intègre les activités d’un aéroport et partage dans la vie communale. Un projet qui renforce les liens entre Histoire, économie et culture, d’usagers et de riverains avec le retour d’une clientèle de qualité sur un aéroport  d’affaires et de loisirs mythique.

Regards d’Aériapole pour la première partie du projet : " Quand l’ISBA renaîtra de ses cendres". Donner un cœur à un aéroport pour faire battre la vie.  Ci-dessus le dossier en pdf sur issuu, ouvert à tous.

n.b. : L'article comporte des liens qui rapportent aux sujets concernés

Prochain article - Part II : Les nouvelles énergies et les modes de déplacement intra et extra-muros