Pages

20/12/2012

E-Aviation à Toussus-le-Noble, un outil pédagogique méconnu, à developper

   

La célébration du Centenaire de l'aéroport de Toussus-le-Noble, a permis, en mai 2009, la création des bureaux d'Aviation sans Frontière avec la sponsorisation de grands groupes tel que Microsoft, Air France, ADP, Peugeot et bien d'autres.

C'est un formidable potentiel et outil pédagogique qui s'ouvre à toutes les écoles de la région et pour les enseignants qui souhaiteraient d'une manière ludique, enseigner plusieurs disciplines telles que : la physique,  avec l'approche à tout ce qui vole et qui est plus lourd que l'air, la météo, la géographie en se déplaçant d'un endroit à un autre, les villes et les capitales du monde,  la boussole, les mathématiques et ses calculs sur la vitesse, les résistances. Les longitudes, les latitudes, les fuseaux horaires, etc...

Un programme qui s'adapte à des élèves de tous âges.
L'équipe de pilotes bénévoles, autour d'Alain Mérour sont disponibles pour organiser des portes ouvertes aux écoles, sur un programme agréé par l'Education Nationale.
Chaque année plusieurs écoles du Département viennent pour une journée inoubliable sur l'aéroport de Toussus.
 L'appel est lancé à toutes les écoles de Versailles Grand Parc afin de prendre contact avec e-aviation et organiser une journée découverte que les jeunes participants n'oublieront pas de sitôt. Une initiation sur une filière aéronautique et des métiers d'avenir.

Voir le site : e-aviation à Toussus-le-Noble

12/12/2012

Quand AirDesignLab transformerait les conduits de cheminée inutilisés en climatiseurs et chauffages naturels

Dans le domaine de la High Tech, AirDesignLab, La jeune entreprise basée sur l’aéroport de Toussus et dirigée par Julien Rathle a été désignée comme finaliste des grands prix de l’innovation 2012 de la Ville de Paris.
L’objectif étant de  réaménager les conduits de cheminée aujourd’hui pour la plupart inutilisées, des bâtiments construits à la moitié du siècle dernier.
Une solution efficace et peu coûteuse pour couvrir une partie des besoins de froid et de chaud.
Une installation et un réaménagement qui seraient amortis en deux/trois ans.
AirDesignLab ayant développé ce concept afin de favoriser l’entrée du vent dans les bâtiments en été pour les rafraîchir, tout en s’en protégeant l’hiver.

Cette entreprise qui s’était déjà distinguée dans l'inauguration du "Ciel artificiel" en février 2012 (cliquez sur le lien pour lire l'article)

08/12/2012

Chateaufort, la Geneste, Star Academy et Pégoud




Quel lien relie la commune de Chateaufort et le Château de la Geneste à la Star Academy,  Célestin Adolphe Pégoud et l'histoire de l'aviation ?
Cette commune et ce lieu qui sont actuellement sous les feux de la rampe et des actualités.

Châteaufort, qui en ces temps modernes tente d'effacer son passé aéronautique, de se monter contre la présence de l'aéroport de Toussus, puis de l'installation des locaux de la "Star Academy" au Château de la Geneste, et prochainement un projet d'une célébration du Centenaire du saut en parachute d'Adophe Celestin Pégoud au dessus de ce même Château, .

Châteaufort rattrapée par son Histoire et son passé ? Et de se rappeler que des grands pilotes tel que Lucien Coupet et Alexandre Yvanoff y ont aussi habité.

Le saut en parachute de Pégoud qui n'a pas échappé à Isabelle Pasik, nouveau propriétaire du Château de la Geneste, qui compterait bien mettre en relief cet évènement.

Une fois de plus, pour certains se serait un formidable coup de marketing et pour d'autres faire revivre l'histoire de l'aviation qui a regroupé huit aérodormes sur le plateau, relatée dans le dernier livre de Colette Guettienne et Georges Beisson paru en 2011 et qui complète le livre "Azur et Or" réalisé par le GHTN, lors de la célébration du Centenaire.
Une occasion donc, pour créer une synergie où tout le monde pourrait se retrouver et monter un projet de célébration avec Pascal Bouchain, passioné de Pégoud et du comité Pégoud, à Montferrat (Isère). Comité qui était venu à Chateaufort sur une initiative de M Bouchain, "sur les traces de Célestin Pégoud, de Châteaufort à Buc"

A suivre....

05/12/2012

Ces entreprises, basées sur l'aéroport de Toussus et ouvertes au monde

JCDecaux, l’une des entreprises basée sur l’aéroport de Toussus :

- N°1 mondial du mobilier urbain (428 000 faces publicitaires)
- N°1 mondial de la publicité dans les transports avec 163 aéroports et plus de 300 contrats de transport dans les métros, bus, trains et tramways (380 200 faces publicitaires)
- N°1 européen de l’affichage grand format (230 500 faces publicitaires)
- N°1 de la communication extérieure en Asie-Pacifique (239 600 faces publicitaires)
- Nº1 mondial du vélo en libre service
- 1 040 600 faces publicitaires dans 55 pays
- Une présence dans 3 500 villes de plus de 10 000 habitants
- 9 940 collaborateurs

a étendu son partenariat avec les aéroports de Dubaï en remportant le contrat publicitaire exclusif de 10 ans du nouvel aéroport international World Central-Al Maktoum
JCDecaux SA (Euronext Paris: DEC), numéro un de la communication extérieure en Europe et en Asie-Pacifique, numéro deux mondial a signé un contrat de 10 ans avec l’autorité aéroportuaire Dubai Airports pour la concession publicitaire de l’aéroport international Dubai World Central-Al Maktoum, le nouvel aéroport en construction à Dubaï (Émirats Arabes Unis).
Une fois achevé, l’aéroport Al Maktoum, aura la capacité d’être le plus grand aéroport au monde en termes de trafic et de taille et offrira des infrastructures et des services prestigieux. Il pourra accueillir 160 millions de passagers par an. La première phase de l’aéroport Al Maktoum a déjà démarré avec son ouverture au fret le 27 juin 2010.
JCDecaux est le numéro un mondial de la publicité dans les aéroports avec une présence sur toutes les grands plateformes aéroportuaires internationales : Paris, Londres, Francfort, New York, Los Angeles, Dallas, Hong Kong, Shanghai, Pékin et Singapour.

01/12/2012

Nouvelle étude sur l'impact environnemental de l'aeroport de Toussus

Le préfet lance une étude sur le fonctionnement de l’aérodrome de Toussus et son impact environnemental ainsi que sur l’évolution ou la reconversion d’activités dans le cadre d’un développement durable.
Le ministre Yves Vandewalle informe sur son site le lancement d'une étude sur l'avenir de l'aéroport de Toussus.

Toutes ces études comme pour y apporter des raisons à une mort annoncée et qui n'est pas sans rappeler la blague :
Un savant fait travailler une puce. Il lui dit : - Saute ! La puce saute. Il lui coupe les pattes et dit : - Saute ! La puce ne saute pas, alors le savant note sur son carnet, "Lorsqu'on coupe les pattes d'une puce, elle devient sourde."
Si cette blague porte à sourire, les expériences et les études menées sur l'impact et l'utilité de cet aéroport ne portent plus à rire.
Couper les ailes à cet aéroport pour ensuite arriver au résultat qu'il ne peut plus voler est bien triste.  Toutes ces études au résultat qui serait décrété d'avance n'auront rien compris à ce patrimoine aéronautique prestigieux qui renferme au formidable potentiel économique.
Au bénéfice d'une spéculation immobilière évidente.

Il est évident que c'est aux concernés que l'appel est lancé pour dégager une synergie, s'ils ne veulent pas que ce patrimoine aéronautique et économique ne figure plus que sur des livres d'Histoire et devoir demander à des Fondations des appels de fonds afin de restaurer des portes de bâtiments que nous avions nous même négligés.
Si  des organismes tel que le Musée de l'Air et de l'Espace, l'Aéroclub de France, les journalistes et médias spécialisés, les aeroclubs et les défenseurs de cet aéroport ne se decident pas à se mobiliser, alors c'est peine perdue et nous n'aurons plus que nos yeux pour pleurer.

Cette année sera célébré le centenaire du premier saut en Parachute d' Celestin Adolphe Pégoud au dessus du Château de la Geneste.
Qui sont les professionnels régionaux qui ont commencé à se mobiliser pour organiser et fêter cet évènement ?

L'ACNUSA, dans l'esprit pionnier d'aériapole, depuis le centenaire de Toussus préconise l'information, la formation et la communication telle que la création d'une "maison de l'aéroport" et l'organisation de journées portes ouvertes, de manifestations festives sur l'aéroport qui permettraient de mieux communiquer et traduire le vivre ensemble.

Avec le Centenaire Pégoud, tout y est indiqué. L'appel est lancé aux usagers de l'aéroport de Toussus et aux intéréssés.


Crédit photo : Pascal Bouchain - Centenaire aéroport Toussus-le-Noble 2007

17/10/2012

Ecologie industrielle et projets anthropiques

La crise économique amène-t-elle à l'ordre du jour les principes anthropiques ?
Lors du projet de la réhabilitation du fort du Haut Buc, ou du développement de la filière bois dans notre environnement immédiat, nous étions probablement avant-gardiste. Les circonstances économique et plein essor de cette période n’étaient pas trop favorables à ce genre de perspectives ; d'où le faible écho à un principe qui pourrait révolutionner notre façon de procéder, de consommer et de se développer.

Le 17 et le 18 octobre se tiendra à Troyes, une première. Rencontres francophones de l'écologie industrielle et territoriale.
Espérons que dans cette conjoncture morose les médias en feront grand écho. L'idée de créer une "économie circulaire" est en fait ce principe anthropique, base de création d'un système de vie tant physique qu'économique, se développant sur base de synergies dynamiques.

Détails sur le salon et programme


16/10/2012

Celestin Adolf Pégoud et Felix Baumgartner

Du 19 Août 19013 au 15 Octobre 2012, un peu moins de 100 ans séparent ces deux évènements.
Fous, aventuriers, téméraires ou les trois réunis ?
Célestin Adolphe Pégoud, le premier sauta à 250 mètres d'altitude et le second, Felix Baumgartner, de 22.000 mètres d'altitude.

Deux pionniers en la matière pour un même saut, en parachute.
De quoi se rappeler Pégoud lors de son premier saut au dessus du Château de la Geneste à Châteaufort : " Qu'importe si je meurs ce ne sera qu'un aviateur de moins ; mais si je réussi, combien d'existences précieuses seront conservés à l'aviation ".

Dans la communication d'aujourd'hui nous dirions : c'est un formidable coup de marketing ! Chapeau si cela fera avancer la science et se rappeler le jour où aussi, le Blériot et le Rafale se sont croisés pour la première fois dans le ciel bleu azur au centenaire de Toussus le Noble.

Depuis la découverte du feu, il y eut des sauts de puces dans 400.000 ans de l'histoire de l'humanité pour arriver à des sauts de géants ces derniers 100 ans. Châteaufort, Toussus-le-Noble et Buc, berceaux de l'aviation et patrimoines à préserver

Crédit photo : Pascal Bouchain

14/10/2012

VeloToussus et 2/88, échos favorables de la commune

VeloToussus, une antenne de VeloBuc, a été officiellement lancée lors du Forum des associations le 8 septembre 2012.
Elle va oeuvrer dans le même esprit que VeloBuc, à savoir : faire reconnaître la marche à pied et le vélo comme moyens de déplacement à part entière, permettre le choix de la mobilité "active" au quotidien, faire développer des aménagements urbains en faveur d'un apaisement de la vitesse et encourager le respect mutuel entre les usagers.

Au sein du réseau cyclable de Versailles Grand Parc, il existe un réseau de 88 km de pistes cyclables sur le plateau de Saclay pour relier les villes, mais il manque un bout crucial de 2 km pour relier deux villes, Toussus-le-Noble et Buc. 2 petits kilomètres, sur le plat, pour de nombreux écoliers scolarisés sur Buc et une population jeune et active qui ne cesse de croître à Toussus.
La population Nobeltussoise y est sensible et l’adhésion, cette première année, de plus de 20 familles à VeloToussus pour mener à bien ce projet en est la preuve.
Le dépliant 2 / 88 distribué par Velobuc - VeloToussus sur les communes de Buc, Toussus et Chateaufort apporte des clarifications quant à la pertinence des demandes de l'association en parallèle à celui proposé par Versailles Grand Parc.
C'est par une démonstration de visu sur le terrain que Velobuc - VeloToussus chercherons à convaincre les responsables de VGP de la pertinence de leurs propositions, dans un but de sécurité, de tranquillité et de confort.


Télécharger le dépliant : Projet 2/88 VeloBuc-VeloToussus

Sites de référence :
http://velobuc.free.fr/toussuslenoble.html
http://velobuc.free.fr

17/09/2012

Journée du Patrimoine et Robin des bois

L'initiative de l'organisation de la journée du Patrimoine dans chaque commune serait à féliciter doublement.
Dans une période où le travail nomade devient d'actualité et où les familles se déplacent au grè de leur lieu d'emploi, il est bon de connaître l'histoire de la commune sur laquelle elles auront choisi domicile.
Aeriapole est ce concept pour être acteur dans son environnement, autour d'un aéroport.

Si Toussus est l'un des berceaux de l'aviation mondiale, certaines des pages de son histoire  n'ont pas fait que des heureux, des héros ou des pionniers.
Faut-il rappeler que l'aérodrome de Toussus fut  base française avant d'être, durant la deuxième guerre mondiale, sous occupation allemande.  
L'armée allemande pour protéger ses avions avait construit des chemins de dispersion jusqu'aux bois limitrophes. Le Q.G. était au Chateau Landolff ( lire Le Chateau Landolff, de la villégiature au carré de l'E.A.N. rédigé par G. Sandras du GHTN
La région avait donc subi de forts bombardements tant par l'aviation anglaise qu'américaine. Toussus a été le chemin de passage de la 2ème DB pour la libération de Paris.

Tout ceci pour arriver à l'Organisation Robin des bois et ses dossiers concernant les déchets de guerre.
Chaque année, sur le territoire français, 500 à 800 tonnes de munitions anciennes, abandonnées, dégradées, imprévisibles et plus dangereuses encore qu’au moment de leur fabrication sont découvertes, collectées, regroupées, neutralisées ou entreposées dans l’attente de leur élimination finale.
Pendant la Seconde Guerre mondiale, 1.700 communes françaises ont été bombardées. 14% des bombes anglaises et 16% des bombes allemandes n’ont pas explosé et ont pénétré pour la majorité d’entre elles jusqu’à 4 mètres de profondeur, pour 20% jusqu’à 6 mètres, pour 10% jusqu’à 7 mètres et 1% au-delà de 9 mètres de profondeur.

Avec la fermeture de la base aéronavale en 2011 et l'étude de cession des terrains au civil, une page de l'histoire de la commune va certainement revoir le jour.

Crédit photo : Pascal Bouchain - Centenaire Toussus 2007

11/09/2012

Inauguration de la piste cyclable Buc / Les Loges en Josas

Le samedi 8 septembre 2012, a eu lieu l’inauguration officielle de la piste cyclable qui relie les Loges-en-Josas à Buc en présence des maires des communes concernées.
Discours des maires de Buc, M. Le Rudulier, des Loges, M. Confetti, et de Mme Aubert, conseiller général ont tous les trois souligné l’importance à l’heure actuelle du choix de la mobilité et de tenir compte des besoins des cyclistes quotidiens dans les aménagements, surtout quand il s’agit d’un itinéraire pour les collégiens.
C’est l’aboutissement d’un projet important que l’association VeloBuc a défendu dès 2004, et dont elle est bien sûr contente.
« Nous espérons que ce même élan permettra bientôt une liaison cyclable et piétonne entre Toussus et Buc, pour créer un maillage complet Châteaufort – Versailles : il ne manque que 2 kilomètres sur 88 de réseau cyclable dans notre coin ! » précise Gérard Finan, le responsable de l’antenne VeloToussus et auteur du slogan « 2/88 ».
VeloBuc et ses antennes oeuvrent dans le même esprit : faire reconnaître la marche à pied et le vélo comme moyens de déplacement à part entière, permettre le choix de la mobilité "active" au quotidien, faire développer des aménagements urbains en faveur d'un apaisement de la vitesse et encourager le respect mutuel entre les usagers.

Tous les renseignements sur  le site http://velobuc.free.fr/

03/07/2012

Restitution et restauration d'élements de l'Aéroparc Blériot à Buc

Une souscription de la fondation du Patrimoine est lancée afin de restaurer la porte d'entrée monumentale de l'aeroport Blériot dont on peut encore voir les vestiges.

Un peu d’histoire :
Le 25 juillet 1909, l’aviateur Louis Blériot réussit l’exploit de la traversée de la Manche à bord du Blériot XI. Fort de cette notoriété, il choisit le terrain de Buc pour créer, au sein de son entreprise Blériot-Aéronautique, un site particulier, proche de Paris, pour les essais d’appareils et la formation des pilotes. Sur le modèle du succès de Port-Aviation à Viry-Châtillon, il souhaite également pouvoir y présenter des spectacles aériens. Le site, inauguré le 13 novembre 1912, comporte un bâtiment principal, siège de l’école de pilotage, faisant office également d’hôtel pour les aviateurs et apprentis pilotes, précédé d’une porte monumentale, signal visible de loin. Des hangars et une immense tribune complètent le dispositif.

Le site est très actif pendant la Première guerre mondiale et dans les années 20 notamment avec les avions SPAD. Les années trente marquent un déclin et la fin d’une époque avec le décès, en 1936, de Louis Blériot. De 1940 à 1944, le site est occupé et bombardé plusieurs fois en 1944. A l’issue du conflit, le terrain est rendu dans un piètre état à la société Blériot-Aéronautique. L’activité cesse en 1966 et la fermeture définitive intervient en 1970.

Désormais les vestiges de la porte monumentale sont les seules traces de ce passé exceptionnel. L’opération de restauration vise donc à redonner au site toute sa valeur patrimoniale.

Un important chantier de restauration :
Le centenaire de la traversée de la Manche, en 2009, a été l’occasion pour la commune de Buc de revenir sur son passé par la réalisation d’un ouvrage très documenté « Buc à travers l’aviation » ainsi qu’en recevant de la société SECAMIC, un Mirage III, visible avenue Jean Casale. En 2012, la commune de Buc souhaite pérenniser la mémoire de Louis Blériot en engageant une restauration de la porte de l’Aéroparc Blériot.

Grâce à une documentation historique très importante, la restitution de cette porte monumentale est désormais possible. En complément, la restauration de la statue érigée à la mémoire de Jean Casale (1893-1923), pilote virtuose de la Grande Guerre et aviateur aux établissements Blériot, est nécessaire : les lacunes et usures sur le monument étant très importantes.

L'appel est donc lancé à tous les amis de la commune, amoureux de l'aviation, responsables d'entreprises. Une participation même modeste, sera une pierre apportée à cet heritage et à la valorisation de l'histoire de l'aviation.

Télécharger le bon de souscription

26/06/2012

Heli Union, ACOP, Aériapole, partenaires des Ruches


Ruchers Toussus 2012 par grainesdetoussus
Les dix ans d'existence de Arc en Ciel Communication et l'inauguration des ruches sur l'aéroport de Toussus ne seront pas passé inaperçus, malgré le mauvais temps et le vent qui ont empêché le fameux night glow de sept montgolfières d'être installé.

C'est donc autour de ses amis, du monde de l'aviation et d'ailleurs que Patricia Lamy a inauguré les trois ruches qui ont trouvé preneurs. La première ruche sera baptisé Heli Union. Le nouveau directeur a voulu marquer la présence de sa compagnie au travers de ce projet de miel et d'abeilles sur Toussus.
De même Christine Ascione et l'Aeroclub de l'Ouest Parisien (ACOP) seront partenaires ainsi qu'Aeriapole de Gérard Finan.
Le troisième étant désigné à Arc en Ciel Communication.
L'enthousiasme  des présents lors de cette fête conduira plusieurs autres entreprises à s'intégrer à ce projet.
Lors de cette fête, très réussie, nous avons compté la présence de plusieurs personnalités du monde de l'aviation, dont M Michel de Ronne, Directeur d'ADP, de François Georges ancien président de AéCF, d'Alexandre Couvelaire d'Euralair, du directeur d'Heli Union, Thierry Vigoureux, du Point, de Jean Pierre Trimaille PDG d'Aero Entreprise, du Maire de Buc, Jean Marc Le Rudulier, etc...

Dominique Méglioli du magazine Volez et ses collaborateurs de la PAF (Pilotes Apiculteurs de France) qui ont installé les ruchers au Bourget, ont initié tous les présent à la première récolte de miel. Une expérience bien surprenante et délicieuse.

Un buffet largement garni, cuisine salée sucrée au miel, évènement oblige, a été finement préparé par Thimothée, du Restaurant des Quatre Saisons à Toussus.

Un remerciement à la communauté d'arche-Aigrefoin qui a apporté sa contribution au décor et aux avions en papiers, qui ont activé un paravent léger et aérien à l'orchestre et leur danseuse de claquettes.

Derniers, mais non des moindres, bravo à aux acteurs qui ont monté la mise en scène de la pièce de Théâtre sur le thème des abeilles, pour l'occasion.

Avant de clore la soirée, chacun des présents a eu droit à remplir son flacon de miel de cette première récolte et partir avec le livre "d'Azur et d'Or" offert par Aériapole, afin que le passé de notre territoire éclaire le futur de notre Région.

21/06/2012

E-aviation et les enfants d'Epône

Ils étaient une cinquantaine d'élèves, entourés de leurs professeurs et des responsables d'ASF, agglutinés autour des avions en rêvant du vol qu'ils seront autorisés à réaliser dans l'après midi.
Ces élèves d'Epone, ont  passé la journée dans les bureaux de e-aviation pour s'initier au monde de l'aviation ; thème qui fait partie de leur programme scolaire de cet année.

Ces jeunes ne sont pas venus les mains vides. Ils avaient sous le bras de superbes toiles d'avions qu'ils avaient peints et les offrir.

Alain Merour et ses collaborateurs étaient très émus de ces beaux cadeaux. "Elles auront toutes leur place sur les murs des locaux ASF Mama Daktari de Toussus-le-Noble, foi de pilote" a assuré Alain.

19/06/2012

Initiation des enfants à l'aérien chez e-aviation à Toussus

Une semaine qui s'annonce chargée dans les locaux de e-aviation à l'aéroport de Toussus-le-Noble.
Plusieurs pilotes bénévoles et volontaires d'ASF sont venus initier les enfants des écoles au monde de l'aérien.
Expliquer à des enfants de CM2 comment un objet plus lourd que l'air puisse voler et se déplacer,  une magie permanente à laquelle même les adultes succombent.

Aujourd'hui  c'est deux classes de 47 élèves de CM2 qui sont venues de Palaiseau  pour y passer la journée. Ils se sont bousculés pour prendre place chacun autour de son poste et proceder à quelques tours de piste sur flight simulator de Microsoft, guidé par des pilotes chevronnés.

Jeudi 21 juin, Alain Merour et son équipe recevront deux autres classes d'Epone. Cinquante jeunes qui découvriront à leur tour le monde de l'aérien, un fil rouge qui viendra accompagner leur programme scolaire.

Certains en feront peut être leur métier, en tout les cas c'est le souhait de tous ces adultes, pilotes qui souhaitent faire découvrir à des jeunes une activité motivante et les sensibiliser aux domaines de l'humanitaire et du social à travers la présentation des activités d'Aviation Sans Frontières.

C'est aussi une fenêtre ouverte vers les filières et les métiers de l'aérien en leur faisant toucher du doigt la diversité des opportunités professionnelles qui existent dans ce domaine et les moyens pour y arriver.

Visite du site :  http://www.asf-fr.org/e_aviation_tsu pour mieux les connaitre et participer à leurs activités.

11/06/2012

Une histoire d’amour entre Patricia Lamy et l’aéroport de Toussus

L’histoire d’une rencontre entre une femme et un aéroport que toutes les circonstances ont fait épanouir et se développer.
Cette histoire démarre en mars 2007, en pleine préparation du Centenaire de l’aéroport de Toussus. Mon ami, Gerald Similowski, membre fondateur d'Aviation sans Frontières me fait faire la connaissance de Patricia Lamy, membre du conseil d'administration de l'Aéro-Club de France, pilote de ballon et spécialiste en communication dans l'événementiel aérien.

Elle intègre naturellement, la commission communication, en charge de la communication régionale sur l’évènement.

C’est là que j’apprends l’attachement de Patricia Lamy à l’aéroport de Toussus qu’elle a beaucoup fréquenté depuis son enfance.

Ses souvenirs datent des années 70 : son père, Bernard Lamy, ancien pilote militaire devenu directeur export du groupe Seb-Tefal, effectuait ses voyages en pilotant lui-même un avion privé, loué par son entreprise : il pouvait ainsi optimiser ses tours d’Asie ou du Moyen Orient, affranchi des contraintes des horaires d’avions de ligne. Pour les aviateurs, au fur et à mesure de ses qualifications, Bernard a piloté un monomoteur français (Régent (F-BOZM)), puis plusieurs avions jusqu’au bi-turbo propulseur Beechcraft « King Air » ( F-BTMM). Il emmenait ses enfants, et surtout Patricia qui était l’aînée, dans ses voyages lorsque ceux-ci tombaient pendant les vacances scolaires. C’est ainsi que Bernard et Patricia sont allés jusqu’à Tokyo en Régent avec des poëles et casseroles sur les sièges arrières.

Et puis, en 1981, Bernard Lamy et Patrick Fourticq participent à la course « Air Transat », organisée par l’AOPA, Bernard alors de faire partager l’exaltation des courses aériennes à d’autres pilotes, et d’organiser de grandes courses aériennes : ULM tout d’abord (Londres-Paris, Grand Prix de France) puis avion : Air Transafricaine en 1984, Aéropostale en 1985 (Toulouse-Natal-Rio), Paris-Pékin-Paris en 87, Route de la Vanille (vers La réunion) en 88, Malaysia Air Race en 90, puis tours du monde en 92, 94, Race of the Americas en 96 et Long Range Air race (Reykjavic – Antalya) en 97. Ces courses partent de et arrivent à Toussus. Jacques PAGEIX, Directeur de l’aéroport à cette époque, s’en souvient bien !

Patricia et ses deux frères travaillent avec leur père sur toutes ces courses. Didier et Bruno Lamy sont maintenant pilotes de ligne (CDB 777 à Air France). Ils ont été formés à l’Aéro-Club d’Air France à Toussus. Patricia deviendra, elle, pilote de montgolfière.

Le centenaire de Toussus était donc l’occasion de se remémorer ces souvenirs.

Le centenaire est derrière nous, mais pour Patricia Lamy la page n’est pas tournée. Elle délocalise en 2008 son agence Arc en Ciel Communication, basée à Neuilly pour venir s’installer à Gif s/ Yvette, proche de cet aérodrome qu’elle chérit tant. Elle décide de se lancer dans une communication pour la promotion de la culture aéronautique et des métiers de l’air et à l’espace pour les enfants. Elle organise « Le Ciel est à Toi », un programme pédagogique, dont la première a lieu à Toussus avec les enfants de l’espace jeunes de Buc, et le parrainage de la Mairie.

Elle présente avec Arc En Ciel Com et Aeriapole un projet anthropique de réaménagement du fort du haut Buc lors d’un concours d’idées pour la réhabilitation de ce lieu mythique et historique actuellement désaffecté.

Elle ne ménage pas ses efforts de communication autour de l’aéroport pour créer le lien convivial entre usagers et riverains, dans un juste équilibre en vue du maintien d’une harmonie de cohabitation entre toutes les parties.

Aujourd’hui, Arc En Ciel Com installe des abeilles sur l’aéroport, pour marquer ses 10 ans : un aéroport, c’est aussi un vaste espace vert, non traité, et donc à fort potentiel de biodiversité. Des journées découverte seront organisées pour les enfants des communes voisines, et le bénéfice de la vente du miel sera versé à l’antenne « e-aviation » d’Aviation Sans Frontières », très active sur l’aéroport.

Des projets de communication et de valorisation d’un patrimoine riche et prospère qui tient bien haut les couleurs du savoir faire français.

Espérons que de nombreux partenaires la soutiendront et se joindront à elle pour monter ensemble toutes ces actions, afin de faire épanouir cette culture aéronautique et permettre de transmettre un savoir à une nouvelle génération.

Pour la parenthèse, Patricia Lamy est la seule femme qui a pu survolé et longé en ballon la muraille de Chine. Elle s’est occupée notamment de la communication du Centenaire de l’aviation à Bordeaux Mérignac, et fait partie des organisateurs de la coupe Breitling 100/24 qui en est à sa troisième édition.

07/06/2012

le 100/24 et le maillage aéroportuaire français


Depuis sa création en 2009, l’objectif  du 100/24 est d’effectuer 100  posés-décollés en moins de 24 heures sur 100 aérodromes différents répartis sur l’Hexagone. Pour le millésime 2012, ce défi a été réalisé les 10 et 11 mai. Il  serait pour mettre en valeur le maillage aéroportuaire français et démontrer l’étroite parfaite collaboration et la solidarité des acteurs du monde aéronautique.
Si pour l’instant cet exploit relève d’un défi sportif et sur la dextérité des équipages tant en vol qu’au sol, l’organisation de cet évènement relève d’une organisation pointue autour d’équipes expérimentées.

Reste que cet exploit, aujourd’hui sportif sera très probablement, un jour, une des données de l’avenir des aéroports et aérodromes en France, toutes tailles confondues tel que développé dans notre coup d'œil sur le projet de la NASA et du consortium US,  AGATE.
Le maillage aéroportuaire français est l’un des plus importants au monde. Nombreuses plates-formes sont accessibles de jour comme de nuit. C’est un patrimoine de plus de quatre cents aérodromes qui constituent un outil majeur au service du désenclavement et de l’essor économique.


http://www.cent24.fr/index.php/presse/

04/06/2012

Ce week-end, Queen Jubilee à Londres et fête de la petite reine à Paris

La Convergence 2012 organisée par les associations franciliennes qui militent pour le développement du vélo comme moyen de transport au quotidien, a eu lieu le dimanche 3 juin 2012. Elle a réuni tous les amoureux du vélo qui ont convergé ensemble en direction des pelouses du Champ-de-Mars pour terminer par un pique-nique géant.
Cette 5e édition de la Convergence, revient à l'occasion de la Fête du vélo. Ce n'est pas une course mais un rassemblement en cortège de cyclistes qui grossit tout le long du parcours de ses participants pour rejoindre le cœur de Paris et finir par une parade finale sur les pelouses du Champ-de-Mars pour un pique-nique géant.
L’animation gratuite était ouverte à tous les adeptes du vélo, petits ou grands. Il a suffit de se rendre au point de rendez-vous le plus proche.

Pour les retours, le transport des vélos est gratuit et sans restriction le dimanche sur tous les trains RER et Transilien pour chaque voyageur muni d’un titre de transport.

Pour la première fois, le fanion de VeloToussus a flotté dans cette manifestation fort sympathique et le groupe encadré par les organisateurs de VeloBuc, bien expérimentés en la matière.

01/06/2012

Ergonomie du VAE dans la topographie du plateau de Saclay

Le vélo à assistance électrique ou VAE est une bicyclette équipée d'un moteur électrique auxiliaire et d'une batterie rechargeable. Les VAE existent depuis les années trente.
Contrairement aux cyclomoteurs ou aux trottinettes électriques qui possèdent rarement des pédales, la batterie du vélo à assistance électrique n'envoie son énergie au moteur que pour amplifier le mouvement du pédalier. Il s'agit donc d'une assistance discrète et limitée ne dénaturant pas la fonction première du vélo, ni son maniement. Des capteurs détectent la présence de pédalage, sa fréquence, l'effort exercé sur les pédales, la position d'un éventuel accélérateur, le freinage.
L'utilisateur dispose suivant les modèles de la possibilité de couper ou de doser le niveau d'assistance en roulant, par l'intermédiaire d'un sélecteur ou d'un « accélérateur ».
Sur certains vélos, la batterie se recharge automatiquement au freinage et en descente. Le comportement d'un vélo électrique dépend des caractéristiques qui lui ont été données lors de sa conception.

En fonction de la population cible, les constructeurs définissent des critères d'utilisation qui servent à définir le comportement de l'assistance suivant le relief rencontré. Il est donc possible d'avoir des vélos à assistance électrique plus appropriés pour l'usage urbain, l'usage loisirs ou l'usage routier.
En général, ni le moteur électrique ni les batteries ne réclament d'entretiens particuliers. Seule la partie cycle doit être entretenue comme un vélo classique.

En montée, l'assistance électrique est très efficace, pour des pentes faibles et moyennes faisant jusqu'à 8 ou 10 %. Les VAE dont le moteur est intégré au pédalier profitent du changement de vitesses pour garder une aptitude à monter des pentes plus raides (à faible vitesse) avec un développement adéquat.

Au quotidien, le VAE est intéressant pour des trajets quotidiens courts ou moyens (de 30 à 50 km), avec un dénivelé de quelques centaines de mètres. Il est idéal en particulier pour des personnes se déplaçant beaucoup en ville et souhaitant se déplacer rapidement sans trop d'efforts, ou encore pour des personnes handicapées, ou simplement pour rapporter en centre-ville ses provisions d'un supermarché de proche banlieue.

Il est de plus en plus prisé pour des déplacements domicile-travail par toutes les couches sociales, et très particulièrement par les cadres et catégories socio-professionnelles supérieures : car il permet d'arriver sur son lieu de travail sans traces d'efforts (sueur...) et de rejoindre son domicile après sa journée de travail. Le fait d'emprunter les aménagements cyclables permet en effet d'éviter les bouchons aux heures de pointe.

A l'occasion de la Fête du Buc le samedi 2 juin 2012 et avec VeloBuc, les "Cycles Jacquot" de Versailles proposeront à nouveau un choix de vélos à assistance électrique (VAE) pour des essais sur les pentes de Buc.

31/05/2012

Valerie Pecresse à la rencontre de Toussus, une députée engagée et déterminée

Ils étaient nombreux à venir ce 30 mai, échanger avec Valerie Pecresse. 
Deux heures de débats et une serie de questions / réponses à bâtons rompus. Un dialogue sans détour, sans fausses notes et sans langue de bois sur des sujets aussi sensibles qui touchent tant l'économie mondiale que locale, la famille, la santé, le handicap, les transports et leurs évolutions sur le plateau de Saclay autour du projet du Grand Paris et le Pôle de Recherche.

Concilier dans une région aussi privilégiée que les Yvelines le social, l'économie et l'habitat dans un juste équilibre est une tâche que cette jeune députée, ainsi que son équipe maîtrisent dans une connaissance approfondie des dossiers qui touchent directement les habitants de nos communes et leur quotidien. 

Une députée engagée et visionnaire qui  durant toute la période ou nous l'avions connu depuis le Centenaire de l'aéroport en 2007 à aujourd'hui a su écouter et proposer dans l'équité et la convivialité. Elle a pu durant toutes ces années, donner une vraie dimension internationale à notre région et à notre pays.


Compte rendu de la reunion publique à Toussus sur http://www.valeriepecresse.fr/

23/05/2012

Les aéroports, amis de la biodiversité : l’agence Arc En Ciel Communication installe un rucher sur l’aérodrome de Toussus le Noble (Yvelines).

Toussus le Noble est un aéroport centenaire, qui depuis 1907 remplit ses fonctions d’infrastructure de transport, de zone d’emploi, d’équipement public sportif et éducatif.
C’est aussi un vaste espace vert, non traité, et dont la zone réservée aux évolutions des avions et hélicoptères est très peu fréquentée : un lieu idéal pour y installer des colonies d’abeilles !

Suivant l’exemple des « Pilotes Apiculteurs de France » (PAF), qui ont déjà implanté une dizaine de ruches sur le toit du Musée de l’Air et de l’Espace au Bourget, et avec le soutien enthousiaste d’Aéroports de Paris, Arc En Ciel Com, installée tout près de Toussus, a décidé de financer l’installation de trois colonies d’abeilles sur la zone réservée de l’aérodrome, du côté Est. L’endroit est en effet très bucolique : bosquet, étang, buissons fleuris... Les pensionnaires, en place depuis fin avril, semblent s’y plaire beaucoup.

Patricia Lamy, fondatrice de l’agence, déclare : « Nous fêtons cette année les 10 ans d’Arc En Ciel Com ; depuis 2002, nous travaillons pour le monde aéronautique – entreprises et associations – et pour des causes d’intérêt général – lutte contre les discriminations, handicap, éducation, biodiversité. Les abeilles appartiennent au milieu aérien, et leur sauvegarde est essentielle pour l’avenir de l’humanité. Cette action est donc à la fois légitime et très utile ».

L’accueil des usagers et des autorités sur l’aéroport est très favorable ; l’inauguration officielle du rucher aura lieu le 21 juin, en présence des élus locaux, des associations de riverains et d’usagers de l’aéroport, et de très nombreux représentants du milieu aéronautique.

16/05/2012

En route vers la Convergence du 3 Juin et la fête du velo

Le 3 juin 2012, jour de la fête du vélo nationale, il sera à nouveau possible de parcourir les grandes avenues et places du centre de Paris dégagées un court moment de la circulation automobile qui les caractérise. Les sourires vus sur tous les visages le 19 juin 2011 à la traversée de la place de la Concorde pour une fois livrée aux cyclistes et à eux seuls traduisaient le plaisir que procure l’illusion que les rues de la ville sont réservées aux vélos.

Participation avec VeloBuc, VeloToussus* et VeloChateaufort* pour cette manifestation qui s'annonce fort sympathique.

Pour le programme de ces trois communes et en ce qui concerne Toussus et Chateaufort, promenade à vélo dimanche 3 juin 2012.
Départs  et Rendez-vous :
9h40 Toussus-le-Noble : Parking du complexe sportif ( COSEC)
9h50 Les Loges-en Josas : Mairie
10h10 Buc : Place de la République - Buc
10h30 Buc : Quartier Cerf-volant, restaurant "Les Dunes"
11h00 Versailles : Hotel de ville

Après une halte à Versailles, deux options :
  • Saluer le départ du convoi vers Paris et après cette boucle à Versailles, retourner sur Buc - Loges - Toussus - Châteaufort.
  • Continuer vers Paris pour y retrouver des milliers de cyclistes de toute la région parisienne (possibilité de retourner sur Versailles en train : prévoir un ticket à l'avance pour éviter l'attente)
Pour toutes informations contactez : velobuc@free.fr

Notre action afin de faire aboutir notre projet 2/88 - télécharger le dossier
* VeloToussus, VeloChateaufort sont des antennes de VeloBuc association loi 1901 fondée en 2005 reconnue d'intérêt général en 2012

Visitez le site MDB :  Mieux se Déplacer à Bicyclette

22/04/2012

Brutales modifications au projet de métro du Grand Paris sur Saclay

Pour exprimer leur exaspération, leur colère et leur refus du projet de métro aérien, les habitants de Villiers-le-Bâcle, soutenus par leurs élus, en lien avec les habitants de Chateaufort, de Saclay et de Saint-Aubin ont constitué un collectif.

Le 15 février 2012, la Société du Grand Paris a présenté devant 250 personnes présentes à la Maison Pour Tous le projet de la ligne verte (Orly-Versailles) du schéma de transport du Grand Paris.
Ce projet prévoit :
Une implantation aérienne du métro sur le plateau, synonyme de dégradation du paysage et de création de délaissés agricoles. : des piliers d’environ 7 m de haut, espacés de 25m.
Une cadence d’un métro toutes les deux minutes ! c’est à dire des nuisances sonores continues : le métro passera à 120 km/h à 10 m de haut et à moins de 100 m des maisons de certains villages.

L’unique revendication du Collectif "Enterrez-le-métro" est l’implantation souterraine du métro sur le plateau de Saclay ; depuis sa création, le collectif se réunit chaque semaine pour organiser la riposte :

Ce collectif s’est fait connaître auprès des élus locaux, de la CAPS et des médias.

Des piliers symbolisant ceux du projet et porteurs de nos revendications ont été implantés sur le tracé envisagé.

Plus de 600 signatures ont été recueillies à Villiers le Bâcle début avril au cours du porte à porte contre le passage en aérien du métro. La pétition circule aussi à Saint-Aubin, Chateaufort et à Saclay.
La première manifestation sur la voie publique est en cours d’organisation : elle est prévue samedi 12 mai.

Le Collectif du Plateau de Saclay « enterrez le métro » a désormais son site Internet : http://www.enterrezlemetro.fr/

source : http://www.ville-villierslebacle.fr/
Votre mobilisation est indispensable pour limiter les nuisances d’un tel projet. Déjà plus de mille signatures ont été signées sur Villiers, St Aubin et Châteaufort.

Pour rejoindre le Collectif des villages du Plateau de Saclay et signer la pétition en ligne :

http://www.petitionenligne.fr/petition/collectif-non-au-metro-en-aerien-sur-le-plateau-de-saclay/2412

19/04/2012

La Société du Grand Paris défend un métro souterrain à Saclay.



Pour Marc Véron, directeur général de la Société du Grand Paris (SGP), maître d'ouvrage du Métro Grand Paris Express, il s'agit de la meilleure solution écologique et économique.

Le bilan du débat public sur le transport du Grand Paris sera publié le 31 mars, mais, déjà, la Société du Grand Paris (SGP), dirigée par Marc Véron, remet sur la table le dossier de Saclay en rappelant sa préférence pour une desserte du plateau en métro automatique souterrain. Si le désaccord persiste entre l'État et la région Ile-de-France sur ces terres de l'Essonne et des Yvelines appelées à se transformer en Silicon Valley française d'ici 2025, Marc Véron, ancien collaborateur de l'ex-ministre Christian Blanc, rappelle que «selon la loi Grand Paris du 3 juin 2010, qui n'a pas changé, Saclay doit être desservi par le métro automatique».

Dans un document publié hier sur «les exigences environnementales du Métro Grand Paris», la société maître d'ouvrage du métro automatique indique en outre que la solution du souterrain permettrait «la valorisation des potentiels de développement économique» du plateau «tout en préservant le cadre de vie de ce poumon vert aux portes de Paris ». «Les 2 300 ha de terres agricoles sont absolument inviolables», rappelle Marc Véron.

Une vingtaine de kilomètres «en viaduc aérien»Sur les 160 km du métro destinés à ceindre la capitale d'une double boucle desservant quelque 42 gares à une vitesse moyenne de 65 km/h, Marc Véron estime qu'il devrait y avoir seulement une vingtaine de kilomètres «en viaduc aérien». «Pour des raisons de sécurité, il ne sera pas possible de construire un métro terrestre», précise le directeur de la SGP. Ces chiffres peuvent évoluer, puisque une quinzaine de demandes de gares supplémentaires sont en attente d'une réponse d'ici fin mai, date à laquelle le tracé définitif sera posé. La SGP indique que les chiffres du rapport aérien/souterrain restent aussi variables. À Saclay est ainsi laissée ouverte la possibilité de faire de l'aérien en viaduc au-dessus des voies de la D 36, au sud, allongeant le trajet de 10 kilomètres. «Nous sommes là avant tout pour présenter l'ensemble des possibles», indique Véron. Le plus probable, au final, sera un mixte des deux du fait de contraintes topographiques identiques à celles du plateau de Clichy, à l'est.

Sur cette façade est, justement, l es architectes de l'Atelier international du Grand Paris viennent de présenter leur projet de desserte reliant les aéroports du Bourget et d'Orly. Alors que l'accord récent État-région sur le Métro Grand Paris prévoit un investissement de 32,4 milliards d'euros, l'AIGP vante sur cette section une économie «très substantielle» du fait de «l'usage systématique d'emprises existantes».

Par Sophie de Ravinel – paru dans le Figaro du 03/03/2011

Pour consulter SGP : http://www.societedugrandparis.fr/
Débat Public : Le débat public sur le projet de Réseau de transport du Grand Paris a pris fin le 31 janvier 2011.
Documents du Débat Public

16/04/2012

L’aéronautique et le logiciel leaders de la création d’emplois entre 2009 et 2011



Selon une étude réalisée par Trendeo début mars et révélée ce 16 avril, On le savait déjà, mais cette dernière étude le confirme : l’aéronautique et le logiciel sont des secteurs qui vont bien. Après avoir mené une étude sur la destruction des usines en France en décembre dernier, le cabinet Trendeo a analysé l’emploi dans les secteurs industriels français.

Entre 2009 et 2011, l’aéronautique est à l’origine de nouveaux emplois, dans toutes ses branches. Au total, l’ensemble de la filière a créé plus de 5000 emplois nets entre 2009 et 2011, en y incluant la sous-traitance et les bureaux d’ingénierie.
La seule filière aéronautique représente tout de même 3 425 créations nettes.

Usine Nouvelle – Barbara Leblanc – 16 avril 2012

29/03/2012

2/88, le maillon manquant pour une circulation douce sécurisée




Un vaste réseau de plus de 40 km de pistes cyclables tant en ville qu’en forêt sera réalisé d’ici 2013. Tel est l’ambitieux plan vélo lancé en 2011 par la communauté d’agglomération de Versailles Grand Parc sur son territoire.

VeloBuc, dans une action dynamique a créé récemment deux antennes à Toussus et à Chateaufort afin de hâter la concretisation d'un maillon manquant de 2km qui permettrait de relier en toute securité une chaîne de 88km de pistes cyclables dans la région.

Ces deux kilomètres permettraient de relier en vélos, Chateaufort et Toussus en direction de Versailles et en passant par Buc en toute sécurité.

Écoliers, Lycéens et toutes professions confondues pourraient ainsi circuler en vélos à leurs écoles, leurs lieux de travail et faire leurs courses sur un circuit accessible, confortable et entièrement sécurisé.

Avec le prix de l'essence et le changement des mentalités, tout porte à croire que le vélo a de beaux jours devant lui.

Nous vous invitons à télécharger notre dossier pour mieux comprendre notre action 2/88 et nous rejoindre. Plus nous serons nombreux et plus vite nous aurons la possibilité de faire aboutir ce projet.
Télécharger : Dossier 2/88 - VeloBuc

08/03/2012

Quand les entreprises sur l’aéroport de Toussus forment la nouvelle génération au monde de l’aéronautique.


Tel est l’exemple de MAT AVIATION qui accueille Claire Bandiaky (24 ans), étudiante en Master 1 à l’Institut de Maintenance Aéronautique à Bordeaux pour un stage de deux mois au sein de l’entreprise, autour du suivi de navigabilité des hélicoptères.
Cette étudiante, spécialisée en avionique et systèmes aéroportés, après une Licence Électronique à l’Université de BORDEAUX 1, a choisi de se spécialiser dans la maintenance aéronautique qu’elle considère comme une formation riche et diversifiée.
Une entreprise de Toussus lui a ouvert ses portes.
Basée sur l’aéroport de Toussus-le-Noble, l’entreprise MAT AVIATION, créée en 1996, forte des 30 années d’expérience de son directeur dans la maintenance d’hélicoptères, lui a donné la possibilité de venir parfaire ce stage.
MAT AVIATION accueille chaque année des jeunes stagiaires et apprentis mécaniciens. Le Groupe met un accent particulier sur la qualité, la diversité, le dynamisme et le professionnalisme de l’ensemble de son équipe.

La mission de Claire Bandiaky : Aider le responsable Bureau Technique dans le suivi de navigabilité de 25 aéronefs :
-La planification des visites périodiques des cellules et moteurs ;
-Les suivis, gestion et statut des équipements à durée de vie contrôlée (Pièces à Vie Limitée, moteurs et équipements et toutes pièces à potentiel calendaire, cycles ou durée)
-La maîtrise et gestion des AD/CN et SB Les Consignes de navigabilités (CN) à appliquer
Au-delà d’enrichir de ses connaissances théoriques en réglementation, ce stage lui permet d’appréhender l’aspect technique des choses.
Une transmission du savoir et de la connaissance aéronautique, sur un aérodrome et une commune « Berceau de l’Aviation »

01/03/2012

Le métro automatique sur le plateau de Saclay


Les candidats à l’élection présidentielle multiplient leurs visites sur le Plateau de Sacaly ; cet espace qui sera dedié à l’excellence scientifique.
Les divers partenaires, Etats, collectivités locales se sont mis d’accord sur le tracé du futur métro automatique qui desservira le plateau avec trois gares pour un espace promis à 12000 chercheurs et 30.000 étudiants. Un aspect du plateau qui sera certainement complètement modifié.

Configuration générale du réseau de transport public du Grand Paris serait telle que representée dans le schéma ci dessus.

Le réseau de transport public du Grand Paris est organisé autour de liaisons de rocade desservant les territoires de proche et moyenne couronnes et d’une liaison diamétrale permettant de les relier au cœur de l’agglomération. Le schéma d’exploitation prévisionnel se compose de trois lignes :
Une ligne rouge Le Bourget – Villejuif – La Défense – Roissy / Le Mesnil-Amelot
Une ligne bleue Orly – Saint-Denis Pleyel
et celle nous concernant, une ligne verte Orly – Versailles – Nanterre :
La ligne verte assure la desserte du pôle scientifique et technologique du plateau de Saclay ainsi que des grands bassins d’habitat et d’emploi des Yvelines et de l’Essonne, reliés aux principaux pôles de transport de l’Ouest et du Sud parisiens. Elle améliore de manière significative l’accessibilité d’un territoire ayant vocation à devenir l’un des secteurs-clés du
Grand Paris.
Dans un premier temps, la ligne verte relie la plateforme d’Orly, à l’Est, aux territoires de Saint-Quentin-en-Yvelines et de Versailles, au Nord-Ouest du plateau de Saclay. La ligne verte possède alors une longueur totale d’environ 35 km.
Ultérieurement, la ligne verte sera prolongée au Nord en direction de Rueil et Nanterre, de manière à offrir une liaison de rocade performante en moyenne couronne pour le Sud, l’Ouest et le Nord-Ouest parisiens. Dans sa configuration Orly – Versailles – Nanterre, la ligne verte aura une longueur totale d’environ 50 km.

source : http://www.societedugrandparis.fr

23/02/2012

Convergence francilienne pour la fête du Vélo, le 3 Juin 2012


Venez faire la fête du vélo à Paris ! par mairiedeparis

Le 3 juin 2012, jour de la fête du vélo nationale, il sera à nouveau possible de parcourir les grandes avenues et places du centre de Paris dégagées un court moment de la circulation automobile qui les caractérise.
Grande nouveauté, cette année 2012 verra la participation des clubs de cyclotourisme FFCT aux côtés des associations franciliennes qui militent pour le développement du vélo comme moyen de transport au quotidien.
Les contacts suivis entre les deux mouvements cyclistes depuis le printemps 2011 ont rapproché les projets et le rassemblement du 3 juin à Paris sera aussi la fête du cyclotourisme, joignant les militants du "vélo utile" et ceux du "vélo passion". Voilà l’occasion de se mêler, de découvrir la richesse de nos diversités, d’apprendre les uns des autres et de se joindre dans une partie de "vélo plaisir".
L’évènement prend le nom de Convergence francilienne, qui traduit la reprise des deux héritages.
Le principe reste le même : des cortèges de cyclistes grossissent en se rapprochant de Paris où ils se rejoignent au cœur de Paris (Louvre-Rivoli) pour une parade finale qui les mènera vers 13 h 30 sur les pelouses du Champ-de-Mars pour un pique-nique géant.


  • participation gratuite et ouverte à tous les franciliens de 8 à 88 ans sachant faire du vélo ;

  • pas d’inscription nécessaire, juste un vélo en état de marche et de la bonne humeur ;

  • utilisation des transports en commun, notamment au retour, pour une participation la plus large possible ; rappelons que le transport des vélos est gratuit et sans restriction le dimanche sur tous les trains RER et Transilien (chaque voyageur doit être muni d’un titre de transport) ;
profitez-en.

Velobuc participera à cette manifestation. Pour ceux qui le souhaitent, toutes les modalités vous parviendront en temps utile. Il suffit de vous rapprocher des organisateurs à Velobuc et de joindre l'assocation :
velobuc@free.fr - Velobuc 6 place Corot 78530 Buc - site : http://velobuc.free.fr/

Départ de la Mairie de Toussus le 3 juin 2012 à 09h45.

Une belle journée en perpesctive où la priorité des routes à Paris sera donnée à la bicyclette.

Site de mieux se déplacer à bicyclette : http://www.mdb-idf.org/spip/spip.php?article55

20/02/2012

A Montréal, un jeune Libanais plante des serres sur les toits



Un reportage, consacré aux Fermes Lufa, réalisé par journalmetro.com

Dans la serie des acteurs dans leur cadre de vie, un exemple de ces jeunes Libanais de la diaspora qui font parler d'eux. Avec ses Fermes Lufa, Mohamed Hage développe l’agriculture urbaine. Des projets qui méritent qu'on en parle.

Mohamed Hage se souvient encore du tabbouleh et des salades de sa mère. Un festival de goûts et de fraîcheur auquel il contribuait, puisque c’était lui qui, enfant, allait acheter chez le voisin le persil et les laitues. C’était au tournant des années 80 et 90, à Wardaniyeh, un village situé à 2 kilomètres de la mer, près de Saïda au Liban-Sud. En terme d'agriculture de proximité, difficile de faire mieux.

Aujourd’hui, Mohamed, 31 ans, vit à des milliers de kilomètres de Wardaniyeh. Depuis 1994, il est installé avec sa famille à Montréal, au Canada. Mais il n’a pas oublié le plaisir que procurent fruits et légumes tout juste cueillis.

"Il y a huit ans, j’ai commencé à regarder ce qui existait au Canada, en terme de techniques agricoles. Je voulais voir ce qui pourrait marcher au Liban pour améliorer la croissance des légumes de mes cousins", explique Mohamed Hage contacté par téléphone par lorientlejour.com. Une grande partie de sa famille au Liban est dans l’agriculture.

Mohamed cherche, se renseigne, étudie. Une idée commence à germer dans la tête du jeune Libanais. Elle se concrétise une nuit, à 2 heures du matin, il y a cinq ans : "Développer un modèle de production de légumes urbains. Comment ? Avec des serres installées sur les toitsde Montréal".

Il y a un an et demi, était lancée, sous la direction de Yahya Badran, un ami d’enfance libanais de Mohamed, la construction d’une serre de 3.000 mètres carrés sur un immeuble de bureaux de deux étages à Montréal.

L’affaire est baptisée Les Fermes Lufa, du nom de ces courges qui "couvraient et rafraîchissaient la maison familiale à Wardaniyeh. Elles pouvaient être mangées, utilisées en éponge, et ne demandaient quasiment rien en contrepartie".

La serre des Fermes Lufa dont le slogan est "frais, local, responsable", son principe repose sur la récupération, la rentabilité et le bio.

Récupération de la chaleur d’abord, élément pour le moins crucial dans une ville où la température moyenne en hiver est de -10° C.
"En récupérant la chaleur produite par l’immeuble sur lequel la serre est installée, nous parvenons à créer le climat de Boston à Montréal", explique le jeune homme, diplômé en informatique. Gros avantage pour les propriétaires de l’immeuble : l’effet isolant de la serre permet de réduire les coûts de chauffage et de climatisation.

Récupération aussi de l’eau de pluie, en sus d’une irrigation au goutte-à-goutte et d’une recirculation de l’eau d’irrigation.

Rentabilité en éliminant les coûts de transport, les intermédiaires et les délais. "Nous vendons les légumes directement au consommateur", explique Mohamed Hage.

Après inscription, le client reçoit, une fois par semaine, un panier de légumes. Celui de la semaine du 13 au 17 février dernier comprenait différentes variétés de tomates, des poivrons, des piments, de la laitue, du fenouil. Une variété de produits rendue possible par la création de microclimats, grâce à des logiciels spécifiques, dans la serre.

"Nous nourrissons 2.000 personnes avec des légumes cueillis dans la journée, s’enthousiasme Mohamed. Et nous ne dépensons que 15 dollars d’essence par jour pour la livraison".

Des légumes vendus au prix du marché, mais garantis frais et sans pesticides.

"Nous cultivons bio. Pour éviter le recours aux pesticides et herbicides, nous avons recréé un écosystème en introduisant chaque semaine, par exemple, des coccinelles pour éliminer certains insectes nuisibles. 5 % de nos légumes sont abîmés par les insectes, mais en contrepartie, nous économisons sur la main d’œuvre (en l’absence de pesticides, les abeilles peuvent faire la pollinisation). Ce n’est pas facile, il faut beaucoup de discipline, apprendre à faire de la biologie en serre, gérer les insectes, mais il n’y a rien de mieux pour la santé", souligne le jeune entrepreneur.

Aujourd’hui, les Fermes Lufa emploient 19 personnes, dont 12 qui se consacrent au développement de la compagnie, à savoir la construction de deux nouvelles serres.

Mais le jeune Libanais rêve plus loin encore : "J’espère qu’à travers le monde vont se multiplier les villes agricoles. Les fermes sur les toits permettent de récupérer des terres, de réduire les distances de transport et de vendre des légumes frais, sans pesticides, et à haute valeur nutritive. Il y a tant d’avantages à produire des légumes en ville, je pense que c’est l’avenir de l’agriculture".

Un tel projet aurait-il pu être monté au Liban, que Mohamed retrouve chaque année pour les vacances ? "L’accès à la technologue en Amérique du nord est un grand facteur dans la réussite des Fermes Lufa", reconnaît-il. Autre facteur important : les Fermes Lufa ont bénéficié d’un soutien des autorités montréalaises. "Parfois, on a l’impression qu’au Liban, il est plus difficile de promouvoir un projet hors norme", poursuit-il.

Ce qui n’empêche pas le jeune Libanais de vouloir monter, "un jour", un projet semblable au Liban, "ce morceau de paradis pour nous qui habitons à l’étranger". Pour le moment, rien de concret n’est toutefois prévu, les Fermes Lufa préférant bien développer leur technique avant de lancer une expansion mondiale.

Par Émilie SUEUR | olj.com | 20/02/2012

site : https://lufa.com/

16/02/2012

Inauguration du « Ciel artificiel » au laboratoire d’AirDesignLab à Toussus-le-Noble



C’est autour de personnalités, d’industriels, de chercheurs du CSTB et des représentants de la Chambre de Commerce venus spécialement pour l’occasion que Julien Rahtle, fondateur du Laboratoire AirDesignLab et son équipe, ont inauguré « un ciel artificiel » dans leur laboratoire basé sur l’aéroport de Toussus-le-Noble.
Cet instrument permet de prendre la mesure de la lumière naturelle à l’interieur et à l’exterieur de maquette de bâtiment neuf ou en renovation.

Fondée il y a deux ans, AirDesignLab est l’une de ces nouvelles sociétés et d’entrepreneurs en phase avec leur temps et leur époque.

A l’heure de la crise de l’énergie, des dérèglements climatiques et du développement durable, AirDesignLab, un Laboratoire d'Architecture Intégrée dédié au développement de bâtiments à haute efficacité énergétique en France a choisi de venir s’installer récemment sur Toussus-le-Noble et dans l’aéroport qui répondent parfaitement aux critères du choix d’installation de cette societé.
Julien Rathle nous informe que si Toussus a été choisi c’était pour l'espace ouvert qu'offre l’aéroport de Toussus et surtout son histoire.
Peu d’endroits en région parisienne peuvent bénéficier d’une histoire aussi longue et pérenne répondant aux questions météorologiques, aéronautiques et urbaines depuis 1907 à aujourd’hui.
Car en effet, AirDesignLab apporte une expertise du climat à ses clients notamment par l'utilisation de la météorologie et la mise en place de stratégies climatiques particulières à un site et un programme. « Elle mesure et quantifie l'usage de l'environnement naturel afin de limiter l'appel aux systèmes mécaniques et aux ressources non renouvelables » nous explique M Rathle.
La socité travaille actuellement sur plusieurs projets à l’international dont notamment à Luxor (Egypte) pour les monuments historiques, ainsi que pour des grandes chaînes internationales qui souhaitent maximiser dans leur centres commerciaux le rendement lumière et ventilation d’air chaud/froid en fonction de la géolocalisation, de la période et du nombre de passage.

Si le centenaire de l’aéroport de Toussus en 2007 avait pour devise : « Pour que la mémoire demeure », cette mémoire est l’identité de notre commune et de notre région.
L’aéroport et son espace sont une solution aux questions économiques de notre époque. La venue d'AirDesignLab, une entreprise innovante, jeune et dynamique, à Toussus en est la preuve.

Site : http://www.airdesignlab.com/

08/02/2012

Alliance Associative pour la suppression des vols et la reconversion de l'aérodrome de Toussus-le-Noble



Lu dans info-loisirs du Syndicat d'initiative de Vauhallan
---------
Création de l’Alliance Associative pour la suppression des vols et la reconversion de l’aérodrome de Toussus-le-Noble Les nuisances et les dangers potentiels générés par l’accroissement des activités aériennes sur le secteur de Toussus le Noble ne cessent de s’accroître.
D’autant que l’autre particularité de cet espace est de subir un cumul de trafics de toutes catégories d’aéronefs en provenance ou à destination de plate formes voisines. Parmi ces aéronefs figurent les hélicoptères en très grande et constante progression dont le survol se propage sur toute la vallée de Chevreuse. Ils sont les pires en matière de bruit et il n’existe aucune solution technique permettant d’en atténuer les effets.
Dans le but de répondre à la légitime attente des habitants de vivre dans des conditions normales de tranquillité, de salubrité et de sécurité, les associations de défense des riverains de l’aérodrome de Toussus le Noble ont décidé de s’unir au sein d’une structure collective : « l’Alliance Associative pour la suppression des vols et la reconversion de l’aérodrome de Toussus le Noble ». A ce jour, cette alliance regroupe 42 associations, collectifs et unions d’associations concernés par le problème. L’UAPNR de la Haute Vallée de Chevreuse en fait partie.
L’une des premières actions de l’Alliance a été une large diffusion d’un «MANIFESTE» dont le succès auprès des habitants et des élus est incontestable. Nos voix se font progressivement entendre et ont conduit à un premier résultat. Un arrêté ministériel entré en vigueur le 15 aout 2011 impose une plage de silence total de 12 à 15h. les dimanches et jours fériés du 1er avril au 30 septembre de chaque année.
Même s’il est trop tôt pour faire un bilan, les premiers constats révèlent un manque de civisme des pilotes et un report des activités sur d’autres plages horaires. Et surtout cet arrêté ne résoudra pas les problèmes de la semaine et n’empêchera pas le « tourisme hélicoptère » sur la vallée. C’est pourquoi les associations continuent à demander l’arrêt de cette activité et la reconversion de la plate-forme.
Mais cela prouve qu’enfin l’exaspération des publics survolés est prise en considération par les services de l’Etat après plus de trois décennies d’indifférence. La prochaine étape consistera à programmer des réunions d’information et s’il le faut à organiser une manifestation d’envergure.
-------

Une réunion a lieu le 9 fevrier à Magny-les-Hameaux puis la semaine suivante au moulin d’Ors à Châteaufort.
source : http://sivauhallan.com

01/02/2012

Un Plan national vélo présenté au gouvernement



Sollicité par Thierry Mariani en juillet 2011, le Club des villes et territoires cyclables devait remettre ses propositions le 2 septembre au secrétaire d'Etat aux Transports et demande un Plan national vélo comme remède anti-crise. Parmi les propositions, une participation financière des employeurs pour les salariés venant travailler à vélo. Exonération fiscale à la clé.

Vingt centimes du kilomètre, soit une indemnité de 352 euros par an pour les salariés qui prennent leur bicyclette sur les trajets domicile-travail. Qui paierait ? Les entreprises, aidées fiscalement par l'Etat. C'est l'une des propositions que Jean-Marie Darmian, président du Club des villes et territoires cyclables (CVTC), s'apprête à présenter à Thierry Mariani.

Le secrétaire d'Etat aux Transports avait installé une table ronde vélo début juillet 2011 et l'association de défense du vélo urbain et de tourisme doit lui présenter ses idées le 2 septembre.
"Elles ne signifient pas des dépenses supplémentaires pour l'Etat mais l'orchestration de mesures nécessaires dans le cadre d'un Plan national en faveur du vélo, au moment où son usage augmente, notamment en ville", insiste Jean-Marie Darmian. L'élu espère convaincre le gouvernement d'inscrire cette mesure dans la loi de Finances 2012.
Les exonérations fiscales ne sont pas vraiment dans l'air du temps... Et cette indemnité s'ajouterait-elle au versement transport dont s'acquittent déjà les entreprises de plus de neuf salariés implantées dans un périmètre du transport urbain ?

Aujourd'hui, la part du vélo représente 4% des déplacements domicile-travail parmi les personnes qui habitent à moins de huit kilomètres de leur lieu de travail. Pas terrible... mais ce chiffre cache de fortes disparités selon les villes. A Strasbourg, exemplaire en la matière, le vélo représente 9% des déplacements, 12% dans la ville centre.

"Au travail à velo"
"Le vélo ce n'est pas que pour les Bo-bo, la moitié des déplacements représente moins de deux kilomètres, ce chiffre résume l'intérêt du vélo à lui tout seul. Et le vélo, c'est 0 euro à la pompe", lance le maire PS de Créon (Gironde) qui témoigne des difficultés financières éprouvés par de plus en plus d'administrés pour payer le transport scolaire de leurs enfants. "Le vélo est un moyen de transport anti-crise", dit-il.

La proposition "Au travail à vélo" comprend la mise à disposition gratuite de vélos par les entreprises qui s'équiperait de flottes, ou bien une indemnité de 0,20€/km pour l'achat d'un deux-roues non motorisé (classique ou à assistance électrique) utilisé pour se rendre sur le lieu de travail. Un peu sur le modèle du "Cycle to work" qui existe en Grande-Bretagne depuis 1999.
De l'autre côté de la Manche, 15 000 entreprises indemnisent ainsi leurs salariés cyclistes, soit 400 000 bénéficiaires d'une aide à l'achat de vélos. La mesure existe aussi en Belgique.

En France, l'ancien ministre de l'Industrie Christian Estrosi avait annoncé une aide à l'achat de vélos à assistance électrique (VAE), mais les cyclistes n'en n'ont jamais vu la couleur (idem pour l'achat de scooters électriques). Seules certaines colectivités locales, comme Aix-les-Bains ou Chambéry par exemple, accordent une aide de 250 euros à l'achat d'un VAE.

La prime de 0,20€/km à l'achat d'un vélo de travail représenterait en moyenne 350 euros par an et par salarié, selon les calculs du Club. A l'échelle nationale, le coût total de la mesure représenterait 140 millions d'euros par an, supportés par l'employeur qui bénéficierait d'exonérations fiscales et sociales : déductions sur les investissements réalisés (achats ou aides à l'achat de vélos, installations de parkings sécurisés).

"Plus profitable que de taxer Coca Cola"
"Le vélo, c'est bon pour la santé, et inciter son usage serait plus profitable que de taxer Coca Cola !", ironise le président du Club des villes cyclables. Référence au plan de rigueur présenté fin août 2011 par François Fillon qui prévoit une taxe sur les sodas avec sucre ajouté.

Selon les estimations du Club, 3% de parts de marché gagnés par le vélo sur les autres modes de déplacement équivaut à 5,6 milliards d'économies sur les dépenses de la Sécurité Sociale.

Article de Nathalie Arensonas
paru le 31/08/2011 - http://www.mobilicites.com

22/01/2012

L'impact du vélo dans nos communes et au quotidien, de velobuc à velo toussus



Il est démontré que dans nos communes, l'utilisation du vélo est relativement fréquente.

Le cadre de vie s'y prête et les mairies sont attentives à ce mode de déplacement.


A titre d'exemple, dans notre département, la nouvelle ville de SQY, les cyclistes , soit donc une population de tous âges, arrivent à se déplacer sur des voies réservées en toute sécurité, pour leurs besoins et/ou leurs loisirs.


Le vélo devient ainsi un mode de vie sain et de transport régulier, comme cela se fait dans les pays d'Europe du Nord, notamment en Hollande, en Allemagne, en Suisse, etc...
Ces dernières années, au travers d'une politique coordonnée par Versailles Grand Parc, Toussus a financé des travaux d'aménagement d'un montant de 150.000€ pour la création d'une trame de 5km de circulations douces et vertes dans la commune.
Ces bandes cyclables, exclusivement réservées aux deux roues non motorisés si elles sont bien réalisées et utilisées dans le sens Toussus-le-Noble / Ville Nouvelle SQY, par contre la liaison est interrompue sur 3 kms environ, dans le sens Toussus-le-Noble, Buc, Versailles.
Ce manque d'accès sur la D938 qui est une voie de circualtion dense autorisée à la vitesse de 90km/h empêche l'utilisation régulière du vélo et des jeunes cyclistes écoliers qui désireraient se rendre en toute sécurité depuis Châteaufort et Toussus aux collèges de Buc et aux lycées de Versailles. Il en est de même pour les adultes qui souhaiteraient faire leurs courses dans les centres commerciaux de proximité et que n'osent pas emprunter cette portion de route. Aeriapole étant un concept pour être acteur dans son environnement, Gérard Finan a donc intégré le C.A. de l'association velobuc afin de créer une antenne à Toussus. Nobeltussois et Bucois ainsi reunis pourraient faire aboutir ce projet de jonction de circulation douce entre les deux communes.
Cela aurait un impact positif tant pour la sécurité lors des déplacements des jeunes, l'amélioration du cadre de vie et la réduction de l'empreinte carbone sur des moyens de locomotion quotidiens et fréquents.
Nobeltussois et Castelfortains vous souhaitez nous rejoindre dans ce projet ?

Télécharger l'affichette : VeloToussus pour tous renseignements complémentaires.



Credit photo: Aeriapole